"Regarde maman, je danse"

le mardi 22 mars 2011

La Comédie itinérante de Valence en partenariat avec l'Abeille Vinsobraise donnera la pièce : "Regarde, maman je danse" de Vanessa Van Durme.

Homme devenu femme, une comédienne évoque sa propre vie. Distillant des vérités crues et émouvantes.

Elle s'avance jusqu'au bord de la scène : cheveux teints, grand corps amolli et pieds tortueux. La lumière ne fait rien pour adoucir l'image. Vanessa Van Durme, po­pulaire actrice gantoise, lance au public qu'elle a 60 ans bien sonnés et le montre. Ce qu'elle a à nous dire est de cet acabit : des bribes de vérité toute crue sur sa vie pas courante. Accoudée au Formica d'une table, drapée dans sa combinaison de ­Nylon rose, elle commence par parler de la condition féminine. Puis son analyse railleuse de la société d'aujourd'hui vient buter brutalement sur une question intime qu'elle murmure l'air de rien... Ai-je fait le bon choix, finalement, dans les années 1970, de me ­faire opérer pour devenir une fille ?

Vanessa la géante aux pieds nus remonte alors le fil de son drôle de voyage. Jusqu'au paradis de l'enfance, où, dans le secret du giron maternel, le petit garçon d'autrefois se rêvait princesse plus que pirate. Jusqu'aux incertitudes cruelles de l'adolescence. Jusqu'aux premiers ratages du jeune acteur qui aurait préféré être Juliette plutôt que Roméo. Dans un angle du plateau, une image : deux poupées fille et garçon symbolisent les pôles féminin et masculin. Posés comme de petits dieux

lares, ils la narguent au lieu de la protéger... « Ca n'a rien à voir avec le sexe, c'est dans la tête : ce sont les genres qui s'emmêlent chez moi », souffre Vanessa sur scène. Comme elle a souffert dans la vie...

Après s'être prostituée, après avoir écrit des scénarios de feuilletons télé, Vanessa Van Durme est revenue au théâtre grâce aux metteurs en scène flamands Arne Sierens et Alain Platel, qui lui avaient offert, à Avignon, en 1999, un rôle épique dans Tous des Indiens. Et puis lui est venue l'idée d'un livre à la première personne, bientôt décanté en cette performance théâtrale qu'elle tourne dans quatre langues, en Europe et aux Etats-Unis, depuis novembre 2005. Vanessa Van Durme est la plus émouvante des femmes quand elle se risque dans une silencieuse tension au jeu de la confession. Mais, parfois, la « grande gueule » qu'elle est reprend le dessus, profère des formules à l'emporte-pièce et construit un peu artificiellement son personnage de provocatrice écorchée... Comme si elle craignait soudain de perdre le public, alors que c'est en laissant voir sa fragilité qu'elle bouleverse. Article d'Emmanuelle Bouchez publié dans Télérama.

Tarif : 12 € / adulte et 7 € /jeune - 10 € à la réservation - Coefficient familial < 600 € : 4 € / adulte et 2 € / enfants (sur justificatif).

Contact Olivier Proal au 04 75 27 66 25.

Théâtre

Vinsobres - Salle des fêtes

Horaire(s): à 20h

Partager sur Facebooktweeter cette page